Monday, May 18, 2015 Kommentare

Entretien avec Bryan Zooler, ski cross

Author

Dans le cadre de notre collaboration avec l’Aide Sportive Suisse, Bryan Zooler est parrainé par notre restaurant de Nyon Drive. Nous lui avons posé quelques questions afin de mieux le connaître.

McDonald's Suisse : Peux-tu nous dire quelques mots sur ton parcours ? Comment es-tu arrivé à faire du ski cross ?

Bryan : J’ai commencé le ski grâce à mes parents à l’âge de 2-3 ans en Italie. C’est eux qui m’ont donné la passion de ce sport. Jusqu’à l’âge de 15 ans, je faisais du ski alpin puis je me suis tourné vers le ski cross. Ski-Romand avait mis en place une structure et j’ai pu y prendre part à ses débuts. Grâce à mes bons résultats, je suis ensuite monté dans le Cadre C de Swiss-Ski en 2013. En parallèle, j’ai mené à bien un apprentissage de micro-mécanicien que j’ai terminé en été 2014. Depuis, je me consacre entièrement à mon sport et j’espère pouvoir progresser afin d’atteindre l’équipe Coupe du Monde.

As-tu des hobbies ?

J’aime le sport en général et je suis très polyvalent. Tous les sports permettent une bonne préparation physique pour l’hiver. Quand j’étais plus jeune, je faisais du foot. Aujourd’hui, je pratique le golf et le parachutisme entre autre. Je passe aussi pas mal d’heures en salle de musculation et sur mon vélo. Je suis un grand fan de hockey et je soutiens l’équipe du LHC.

Raconte-nous une journée type d’entrainement.

Il faut distinguer deux sortes d’entraînements : la condition physique que je pratique à la maison mais aussi lors de camps d’entraînement à Macolin et les entraînements sur les skis. A la maison, je m’astreins à environ 4-5h d’entraînements par jour. Souvent, je fais de la musculation le matin et une séance d’endurance l’après-midi à raison de 5-6 jours par semaine. Je m’entraîne aussi sur les glaciers de Zermatt et Saas-Fee où nous faisons de la technique, du géant et des entraînements spécifiques dans le ski cross. Après 4-5h de ski et une petite pause méritée, nous faisons encore 1 à 2h de condition physique l’après-midi.

Quelle est ta plus grande réussite jusqu’ici ?

Je dirais que c’est ma 5e place aux Championnats du Monde Junior cet hiver même si il m’a manqué un peu de chance pour faire mieux. En demi-finale, un de mes concurrents est tombé devant moi et j’ai été beaucoup ralenti à cause de lui. Il faut de la chance dans ce sport et cette fois-ci j’en ai manqué. Mon 2e titre consécutif de Champion Suisse Junior est aussi un bon moment. Finalement, je suis fier d’avoir terminé mon apprentissage sans rien louper malgré mes nombreuses absences dues aux entraînements et aux compétitions.

Que représente ton partenariat avec McDonald’s ?

C’est une grande satisfaction d’avoir été sélectionné parmi tant d’athlètes afin d’être parrainé par le restaurant de Nyon Drive. McDonald’s est une grande enseigne mondialement reconnue et de plus est sponsor officiel des Jeux Olympiques, un de mes buts pour la suite de ma carrière. Cette collaboration va aussi me permettre de faire connaître mon sport et lui donner un peu de visibilité.

Quels sont tes projets à court terme ?

Je pars bientôt pour mon premier camp d’entraînement physique à Macolin et j’attends avec impatience une réponse de l’armée après que j’aie postulé afin de pouvoir faire mon école de recrue en tant que sportif d’élite. Ensuite, je m’entraînerai dur afin d’atteindre les objectifs que je me suis fixé : une première participation à des Coupes du Monde, un top 10 au classement général de Coupe d’Europe et une promotion dans les cadres supérieurs de Swiss-Ski.

Et les projets à long terme ?

Je vise évidemment les Jeux Olympiques de 2018 à PyeongChang en Corée et je me verrai bien base-jumper professionnel. Et puis si c’est permis de rêver, j’aimerais un jour avoir mon propre pilote afin de pouvoir faire du parachutisme quand cela me chante !

Tags