Wednesday, July 6, 2016 commentaires

EURO Cup 2016 – J’y étais !

Author

L’équipe des footballeuses de McDonald’s Suisse à l’EURO Cup : Merita, Rafaela, Cynthia, Maïté, Tania, Alexia, Barbara et Donia

Je m’appelle Barbara, je travaille comme crew au McDo Auto Centre Balexert et j’adore le foot. Début mars, mon gérant Alex m’attrape : « Tu ne tapes pas un peu dans le ballon, toi ? ». Je lui dit que oui, mais suite à une blessure, je me suis un peu calmée dernièrement. Alex me convainc alors de m’inscrire à la « SWISS Cup » journée lors de laquelle vont être sélectionnés 8 garçons (6 joueurs et 2 remplaçants) ainsi que 8 filles pour former des équipes qui auront le droit de participer à l’EURO Cup, tournoi interne de McDonald’s à Nice pour représenter McDo Suisse.

Après 3 secondes et demi de réflexion, j’en parle à ma collègue Merita – footballeuse elle aussi – et notre décision est prise. Départ !

A Düdingen lors de la journée de sélection, le courant passe super bien avec les autres filles présentes et c’est Valérie Gillioz, ex-joueuse de l’équipe nationale suisse qui nous juge. Son verdict tombe : que des romandes ! Les autres élues viennent des McDo de Bulle, d’Etoy, de Genève et Rafaela du siège à Crissier. A Düdingen on fait aussi connaissance de Béatrice, la chef d’orchestre de la journée. C’est elle qui donne les explications dans toutes les langues et qui se ballade le téléphone collé à l’oreille. Quelques jours après, elle nous invite à une soirée pizza, histoire de faire connaissance des autres filles. Elle nous met l’eau à la bouche pour la suite – c’est qu’elle est déjà partie il y a 2 ans à l’EURO Cup à Nüremberg avec une équipe de garçons. Donc pour nous au menu : un super hôtel, des billets pour un match de l’UEFA EURO 2016, des entrainements, de la plage et bien sûr le tournoi. Là c’est bon, on n’en peut plus d’attendre !

Arrive enfin fin juin. On est toutes au taquet. 05 :30, lundi matin, je suis à l’aéroport vêtue de ma nouvelle veste McDonald’s Suisse. Béa est déjà là, les garçons arrivent, les gens nous regardent. On est fier d’être là.

A Nice, à l’arrivée à l’hôtel, une équipe de TV nous attend à la descente du bus. On est filmé et on se sent un peu comme des stars. L’équipe qui arrive juste après nous a l’air d’avoir déjà bien entamé la fête. Ce sont les slovaques avec qui on deviendra hyper potes au terme des 3 jours – même sans comprendre un mot de ce qu’ils disent. Nutella excepté ;)

Le soir même, on est au stade Allianz Riviera – quand je pense qu’on foulera ce même terrain dans 2 jours, ça me fait kiffer. Le match est mythique, la petite Islande bat la puissante Angleterre 2 à 1, les anglais tirent un peu la gueule, mais l’ambiance revient vite au beau fixe.

Le mardi on s’entraine avec les garçons encadré par Fred, notre entraineur. Il fait chaud et on aura bien mérité notre après-midi à la plage. Paddling, babyfoot, bateau, sable fin, ciel bleu, il fait 28° c’est les vacances. Merci McDo !! Pendant qu’on s’amuse on voit Béa qui continue à s’agiter pour l’équipe, car trois footballeuses manquent encore à l’appel. Mais tout finit bien : le lendemain l’équipe est au complet.

Autant le dire tout de suite : on n’a pas remporté le tournoi, mais on l’aurait mérité. Les matchs sont fun, mais les anglaises mettent fin à nos espoirs de remporter la coupe. En plus, mon genou est touché et mes ligaments croisés se rappellent à mon bon souvenir. Mais l’expérience est trop belle pour arrêter sur blessure. Je continue à jouer et on se fait des copines parmi les françaises. Les danoises finissent par gagner le tournoi.  On les applaudi, elles sont sympas et excellentes sur le terrain.
Du côté des garçons, la bataille est rude et c’est aussi l’Angleterre qui met fin à leur parcours. Les médailles remises par Robert Pires nous aident à surmonter notre déception. J’en profite pour faire un selfie avec lui. C’est mon frère qui va être vert !
Le soir, tout de rouge vêtues, c’est la soirée de gala. On fait la fête dans le bus, à l’apéro, à table, sur la piste de dance... Bref soirée magique qui restera gravée dans ma mémoire. Ce qui est sûr, c’est qu’on va rester potes avec tous ceux avec qui on est parti. Que McDo organise ça pour nous est juste dément. Ce qui est sûr c’est que si l’occasion se représente dans 2 ans, je suis dans les starting blocks !